mercredi 12 juin 2019

Dossier X1505: L'Hexagone BALARD - Partie 3 - Version avec des bulles






Cette Web série est une fiction.

Toute ressemblance avec des personnes 
ou des situations réelles ou ayant existées 
ne serait que pure coïncidence


Découvrez également cet épisode en version "image" 
>>> EN CLIQUANT ICI <<<

ou en vidéos avec bruitage

Partie 1


Partie 2


Partie 3


VERSION AVEC DES BULLES


>>> Lien sur le début de cet épisode en cliquant ici <<<


PARTIE 3: POURSUITE


>>> Lien sur la partie précédente en cliquant ici <<<


Résumé de la partie précédente: Le Commandant PAUL en charge de la validation du "SECRET DEFENSE" sur le chantier de l'Hexagone BALARD a reçu une alerte orange du fait du GIC, le Groupement Interministériel de Contrôle en charge des écoutes téléphoniques.

En effet, un système d'alerte qui associe des mots, des expressions et des lieux sensibles indique qu'un danger existe sur l'Hexagone BALARD: le numéro de téléphone qui a envoyé ce message inquiétant appartient à l'entreprise BATILOCAT, cette même entreprise où quelques heures plus tôt, un chef de chantier, Richard WAGNER, avait eu des propos très critiques sur l'Armée et les politiques français.

Voulant savoir si une réunion importante avait lieu dans le nouveau complexe, Alexandre appelle le Général DUPONT MARTIN. Celui ci n'en voit pas et part pour une présentation à des députés d'une salle de commandement, le CPCO...

A peine a-t-il raccroché que le Commandant PAUL informe que l'entreprise BATILOCAT a construit cette salle... Ne réussissant pas à rappeler le Général, Alexandre décide de se rendre rapidement à l'Hexagone BALARD...

En se rendant au CPCO, il découvre Richard WAGNER, en costume, à côté de cette fameuse salle. Après un échange avec Alexandre, Richard WAGNER laisse tomber un petit boitier et s'enfuit...

Aussitôt le Capitaine Alexandre AVEN demande que l'on évacue le CPCO et s'élance à la poursuite de WAGNER...


















































FIN DE CET EPISODE


Découvrez l'épisode suivant:

















































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire